DOCTRINAL NOTE / NOTE DOCTRINALE
Canadian Conference of Catholic Bishops
 
Doctrinal Note on the Army of Mary 

August 15, 2001

The Canadian Conference of Canada Bishops (CCCB) today has issued a doctrinal note
concerning the Army of Mary, which has also been approved by the Holy See. 

The doctrinal note reiterates the fundamental teaching of the Catholic Church on some of the contentious doctrinal issues at stake concerning the Army of Mary. 

There has been much confusion surrounding this group since the Archbishop of Quebec in 1987 formally revoked the decree by which his predecessor had established the Army of Mary as a pious association. 

The doctrinal note indicates “the Army of Mary’s on-going activities and teachings pose dangers for the Catholic Church in Canada and to the faith of its members. In view of this and the continuing threat to the integrity and unity of the Catholic faith, the Bishops of Canada declare, and hereby inform all the Catholic faithful, that the Army of Mary, regardless of its claims to the contrary, is not a Catholic association.” 

The doctrinal note, which is a clarification of dogmatic teaching, states that some of the teaching the Army of Mary propagates about redemption, the Virgin Mary and “reincarnation” are profoundly at variance with the teaching and profession of the faith of the Catholic Church. 

______________________

DOCTRINAL NOTE OF THE CATHOLIC BISHOPS OF CANADA 
CONCERNING THE ARMY OF MARY


It was fourteen years ago, on 4 May 1987, that Cardinal Louis-Albert Vachon, then Archbishop of Quebec, formally revoked the decree by which his predecessor had established the Army of Mary as a pious association.(1) With this decree revoking the Army of Mary's canonical status in the Church, a decision that was made in full communion with the Holy See on 6 February 1987, the Archbishop of Quebec banned all celebrations organized under the auspices of the Army of Mary and by its various branches in the parish churches and other places of worship in the diocese. As well, the propagation of devotion and prayers to the "Lady of all Peoples" was also banned.

To this day, the leaders of the Army of Mary have not heeded the numerous interventions of the Archbishop of Quebec and have continued their activities, including the unlawful establishment of a chapel and retreat house at Lac Etchemin.(2) They have done so without regard for the legitimate authority of the local Ordinary to safeguard the ecclesial communion which is fundamental to the Catholic Church, and in violation of the norms of the Code of Canon Law.(3)

The Army of Mary's on-going activities and teachings pose dangers for the Catholic Church in Canada and to the faith of its members. In view of this and the continuing threat to the integrity and unity of the Catholic faith, the Bishops of Canada declare, and hereby inform all the Catholic faithful, that the Army of Mary, regardless of its claims to the contrary, is not a Catholic association. Some of the teaching it propagates about redemption, the Virgin Mary and ?reincarnation? are profoundly at variance with the teaching and profession of the faith of the Catholic Church. Because this constitutes for the faithful a danger to the faith, we, the Bishops of Canada, hereby exhort the members and sympathizers of the Army of Mary to take no further part in any activities of this group, whether these involve its publications or participation in prayer meetings and liturgical celebrations, including those notably at its Centre Spiri-Maria, located in Quebec.

For the benefit of the Catholic faithful in Canada, therefore, and especially the well-intentioned sympathizers of the Army of Mary, we reiterate here the fundamental teaching of the Catholic Church concerning some of the contentious doctrinal issues at stake.
 

Catholic Teaching Concerning Private Revelations

Since the belief and spirituality of the Army of Mary stem from, and are largely dictated by, a series of presumed private revelations, we must, in the first instance, address this key issue.

The possibility of private revelation through visions and auditory experiences has always been recognized by the Church. Indeed the tradition and practice of the Church, in many of its devotions and recognized prophetic figures and mystics such as Saint John of the Cross and Saint Teresa of Avila, presuppose the existence of genuine private revelations. God can make himself perceptible to any person not only by his works but also by his free personal word. We recognize that the Holy Spirit can act upon the Church through any of its members.

Nevertheless, while private revelations can and do take place in the history of the Church, these are not to be understood as revealing some new doctrinal truths, as though adding new truths to God's definitive public Revelation. With the death of the last Apostle, the completion of public Revelation indicates the absolute supremacy and permanent normative character of the Christ-event: "no new public revelation is to be expected before the glorious manifestation of our Lord Jesus Christ."(4) God's definitive public Revelation, which alone constitutes the faith of the People of God, is the standard against which the authenticity of any subsequent private revelation must be judged.

The Church has always taught that private revelations indicate how Christians should apply the message of the Gospel in a particular historical situation. They are not disclosures of new doctrines, as the Army of Mary maintains. The Catechism of the Catholic Church clearly states in this respect: "It is not their role to improve or complete Christ's definitive Revelation, but to help live more fully by it in a certain period of history.... Christian faith cannot accept revelations that claim to surpass or correct the Revelation of which Christ is the fulfilment."(5) If perchance a private revelation does touch upon some point of doctrine, it has never been to add to the deposit of faith, but rather to draw special attention to some already revealed, but perhaps neglected, aspect of the deposit of faith. The presumed private revelations, upon which members of the Army of Mary stake their claim, do not merely urge Catholics to follow the Gospel more faithfully; they include spurious new doctrines that are without foundation in Scripture or Tradition.
 

Mary's Role in the History of Salvation

As its name clearly indicates, the Army of Mary centres much of its devotion and spirituality on Mary. Yet its Marian devotion contains many elements that are patently contrary to the teaching of the Church, especially with regards to Mary's place in God's plan of redemption and her non-repeatable, irreplaceable role in salvation history. These and other doctrinal points as taught by the Army of Mary seriously misrepresent the Church's teaching.

By God's design, the Virgin Mary has indeed always occupied a unique, privileged position in the history of salvation and in the communion of saints. Mary stands at the decisive point in the history of salvation as the person who, in faith, agreed to receive into herself the Son of God and Saviour of the world, Jesus Christ. She became the Mother of the eternal Word, the Mother of God, when she consented to receive Christ in her flesh and in her heart. According to the witness of Scripture, Mary's personal assent and co-operation stand at the very heart and centre of salvation history.

Yet her fiat, her personal act of acceptance, was itself a redeeming and sanctifying grace from God. Mary did not merit this grace on her own, independently of the redemptive grace of her Son, Jesus Christ.(6) This singular grace of accepting God's will was given to her by the power of the Most High, as a prevenient gift and fruit of Christ's redemption. Thus it was, at one and the same time, a divinely assisted and a deeply human response. Because of this unique and historically unrepeatable grace, the Church has always seen in Mary the supreme and utterly unique instance of redemption, both for herself and a world in need of redemption. Mary is she who is perfectly redeemed because she is "full of grace".

In this capacity, she and she alone stands as a living model and pattern for the Church and for all of us. To speak of Mary is to speak of the Church. Mary has always been, by reason of her faith and obedience to the Word of God, a model of the Church. In Mary, the Church affirms her own vocation. Thus in the Second Vatican Council's Constitution on the Church we read: "For in the mystery of the Church, herself rightly called mother and virgin, the Blessed Virgin stands out in eminent and singular fashion as exemplar of both virginity and motherhood."(7)

The Army of Mary, through their misguided interpretation of Catholic teaching, would in effect not only rob Mary of her unique, irreplaceable role in salvation history, but their so-called "reincarnation" of Mary all but renders superfluous Mary's on-going intercession in heavenly glory. The Mary of the Gospel and Catholic tradition is in heaven, not on earth. It is the teaching of the Catholic Church that Mary's life is both unique and historical, and as such cannot be repeated, reproduced, or otherwise "reincarnated". When the course of her earthly life was finished, she was taken up body and soul into heavenly glory. It is from there, beside the Risen Christ and no longer here on earth, that she continues, even now, to be our Advocate, Helper, Benefactress, and Mediatrix: "Taken up to heaven she did not lay aside her saving role, but by her manifold intercession continues to bring us the gifts of eternal salvation."(8)

The presumed private revelation upon which the Army of Mary bases its claim to legitimacy does in fact introduce new and erroneous doctrines about the Virgin Mary and her role in the economy of salvation history. It significantly adds to Christ's definitive Revelation. It would have its followers believe, for example, that their "Immaculate" is co-eternal with the Triune God, and that although she was once the historical mother of Jesus, she is now "reincarnated" and "dwells" in the very person of the recipient of these presumed private revelations.(9) It was because of such spurious attempts to add to the fundamental deposit of faith, and other such assertions, that the Army of Mary forfeited its claim to be a duly recognized Catholic association.
 

Role of Ecclesial Authority

The Catholic Bishops of Canada regret the way the leaders of the Army of Mary continue to defy ecclesial authority and refuse to heed the legitimate pastoral admonitions and injunctions of the Archbishop of Quebec. This can only be injurious to the proper teaching and unifying role of episcopal authority, mission and responsibility, and thus to the ecclesial communion.

At its deepest level, ecclesial communion is maintained by the unity of believers in the apostolic faith and by the celebration and profession of this faith in the Eucharist, the sacrament of the Church's unity. Right faith and authentic sacramental celebration are not possible apart from communion with the local bishop. He is the witness and point of reference of the life of faith in the community. He is not only the witness and authentic interpreter of the faith present in "the particular church entrusted to him as the vicar and delegate of Christ,"(10) he is also a witness for his community in that he stands in profound communion of faith with his fellow bishops. The bishop is entrusted with responsibility both for the public worship and for the religious teaching that occurs in his diocese. It is his responsibility to promote and safeguard Catholic teaching concerning faith and morals throughout the diocese. It is his function to ensure that what is being taught is in full accord with the teaching of the Church, that it is theologically acceptable, morally sound, and free of doctrinal error. In accomplishing this function, the bishop thereby protects the right of the People of God to receive the Gospel message in its purity and entirety.

As we noted earlier, the Church has always recognized the presence of mystics and mystical experience in the community of the faithful. Indeed, it can even be said that every Christian is a mystic in virtue of his or her baptismal vocation and life in Christ. The Church is also mindful, however, of the inadequacy of human words, whether theological or mystical, to capture and express fully "the breadth and length and height and depth of the love of Christ that surpasses knowledge" (Eph. 3:18). Thus it is that both the theologian and the mystic must submit, in all humility, to the limitations of human words to express and communicate the ineffable mystery of being loved by a God of infinite love. Because of this inadequacy of human language, and the ensuing dangers to the true faith, bishops have a divinely appointed overseeing role in the Church to ensure, in their diocese, that the definitive Revelation in Jesus Christ is transmitted faithfully and without distortion.

Contrary to this humble submission, the Army of Mary has publicly defied episcopal authority, and its defiance has not been confined to the local Church. Prior to the decision to revoke the Army of Mary's canonical status, the Congregation for the Doctrine of the Faith had already examined the extensive written record of the presumed private revelations and had found them, in many instances, to be contrary to Catholic teaching. Contesting the canonical legality of Cardinal Vachon's decree revoking its status, as was its right, the Army of Mary lodged an administrative recourse against his decision. It appealed its case to the supreme tribunal of the Church in Rome, the Apostolic Signatura, which is the highest recourse possible in such judicial matters. After due process and prolonged procedures, this supreme tribunal issued a definitive decision by decree on 20 April 1991.(11) With this decision, the Archbishop was vindicated in his decision to revoke the Army of Mary's canonical status, with the ensuing consequence that Catholics were to refrain from belonging to this particular group. Sadly, many still continue to do so in defiance of ecclesial authority. In the eyes of the Catholic faithful, this can only be divisive and undermine the teaching and unifying role of episcopal authority.
 

Conclusion

It should be obvious that a group can no longer represent itself as truly Catholic when its leaders teach a doctrine that is contrary to that of the Catholic Church, especially on points as fundamental as those enumerated above. The Bishops of Canada thus invite pastors and faithful alike to a serious spiritual discernment and to preserve intact their Catholic faith. We urge all Catholics to recognize the errors of doctrine inherent in the teachings of the Army of Mary, to be mindful of the harm and divisive consequences its leaders are having in the Church of Canada and elsewhere, and to preserve the purity of their Catholic faith. With pastoral charity, we remind all Catholics in Canada to make the revealed Word of God and the teachings of the Church the basis for their life of faith and the central focus of their Christian spirituality.
 

Canadian Conference of Catholic Bishops

Solemnity of St. Peter and St. Paul, apostles
29 June 2001
 

This Doctrinal Note of the Catholic Bishops of Canada concerning the Army of Mary received the recognitio of the Congregation for the Doctrine of the Faith, 10 August 2001 (Prot. N. 216/74-13501), and was subsequently published by the Canadian Conference of Catholic Bishops on the Solemnity of the Assumption of Mary, 15 August 2001.
 
 

Endnotes

1. Cf. Pastorale-Québec, vol. 99, no. 10, June 22, 1987, p. 245.

2. Cf. Pastorale-Québec, vol. 112, no. 6, May 15, 2000, pp. 10-15.

3. Cf. Code of Canon Law, can. 1226.

4. Dei Verbum, 4. Cf. also 1 Tim 6.14; Titus 2.13.

5. Catechism of the Catholic Church, no. 67.

6. Lumen gentium, nos. 60, 62.

7. Lumen gentium, no. 63.

8. Lumen gentium, no. 62.

9. For an overview of the creed of the Army of Mary, cf. Le Royaume, no. 143, July 1, 2000, p. 8.

10.  Lumen gentium, no. 27.

11.  For a French translation of this official Latin decree, cf. Studia Canonica, vol. 25, no. 2, 1991, pp. 409-15. 

 


NOTE DOCTRINALE
ÉVÊQUES CATHOLIQUES DU CANADA


Note doctrinale sur l’Armée de Marie 

(CECC - Ottawa)… La Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) a rendu publique aujourd’hui, avec l’approbation du Saint-Siège, une note doctrinale concernant l’Armée de Marie. 

La note réaffirme les fondements de la doctrine de l’Église catholique en regard de certains enseignements litigieux de l’Armée de Marie. 

Une certaine confusion autour de ce mouvement existe depuis que M. le cardinal Louis-Albert Vachon, alors archevêque de Québec, a révoqué le décret érigé par un de ses prédécesseurs reconnaissant l’Armée de Marie comme association catholique. 

La note doctrinale indique que : « Les activités et les enseignements de l’Armée de Marie
comportent des dangers réels pour l'Église catholique au Canada et pour la foi de ses
membres. En raison de ces faits et de la menace continue de division pesant sur l'intégrité et l'unité de la foi catholique au Canada, par la présente, les évêques canadiens déclarent et informent tous les fidèles de l’Église catholique au pays, que l'Armée de Marie, même si
celle-ci soutient le contraire, ne peut pas être considérée comme une association catholique. » 

La note doctrinale, qui est une mise au point de l’enseignement dogmatique, statue que
certains des enseignements que l’Armée de Marie propage à propos de la rédemption, de la Vierge Marie et de la « réincarnation » s’écartent fondamentalement de l’enseignement et de la profession de foi de l'Église catholique.


NOTE DOCTRINALE DES ÉVÊQUES CATHOLIQUES DU CANADA 
SUR L'ARMÉE DE MARIE

Il y a maintenant 14 ans, soit le 4 mai 1987, le Cardinal Louis-Albert Vachon, alors Archevêque de Québec, révoquait officiellement le décret par lequel son prédécesseur avait érigé l'Armée de Marie en union pieuse.(1) En révoquant ainsi le statut canonique de l'Armée de Marie dans l'Église catholique, décision prise en pleine communion avec le Saint-Siège le 6 février 1987, l'Archevêque de Québec interdisait toutes célébrations organisées par l'Armée de Marie et ses ramifications dans les églises paroissiales et autres lieux de culte du diocèse. En outre, se trouvait interdite la propagation de la dévotion et de la prière à la Dame de tous les peuples.

Jusqu'à présent, les dirigeants de l'Armée de Marie n'ont pas tenu compte des nombreuses interventions de l'Archevêque de Québec et ont continué leurs activités, notamment en érigeant illicitement une chapelle et un centre de retraite à Lac Etchemin.(2) Ainsi, ils n'ont pas respecté l'autorité légitime que l'Ordinaire exerce pour garantir la communion ecclésiale, qui est fondamentale dans l'Église catholique, et ont violé les normes du Code de droit canonique.(3)

Les activités et les enseignements de l'Armée de Marie comportent des dangers réels pour l'Église catholique au Canada et pour la foi de ses membres. En raison de ces faits et de la menace continue de division pesant sur l'intégrité et l'unité de la foi catholique au Canada, par la présente, les évêques canadiens déclarent et informent tous les fidèles de l'Église catholique au pays, que l'Armée de Marie, même si celle-ci soutient le contraire, ne peut pas être considérée comme une association catholique. Certains des enseignements qu'elle propage à propos de la rédemption, de la Vierge Marie et de la 'réincarnation' s'écartent fondamentalement de l'enseignement et de la profession de foi de l'Église catholique. Parce que la foi des fidèles s'en trouve menacée, nous, les évêques du Canada, exhortons les membres et les sympathisants de l'Armée de Marie à cesser leurs activités, quelles qu'elles soient : publications, participation aux rencontres de prière et aux célébrations liturgiques, spécialement celles qui ont lieu au Centre Spiri-Maria, au Québec.

Par conséquent, pour le bien des fidèles de l'Église catholique au Canada, et surtout pour celui des sympathisants bien intentionnés de l'Armée de Marie, nous réitérons ici les enseignements fondamentaux de l'Église catholique au sujet de certains points doctrinaux litigieux.

L'enseignement de l'Église catholique sur les révélations privées

Étant donné que les convictions et la spiritualité de l'Armée de Marie découlent et s'inspirent d'une série de supposées révélations privées, il nous apparaît important d'apporter des précisions sur cette question fondamentale.

L'Église catholique a toujours admis la possibilité de révélations privées, à la faveur de visions et d'expériences auditives. En fait, la tradition et la pratique de l'Église, dans plusieurs de ses dévotions, ses prophètes et mystiques reconnus, tels que saint Jean de la Croix et sainte Thérèse d'Avila, présupposent l'existence de révélations privées authentiques. Dieu peut se manifester à n'importe qui, non seulement par ses oeuvres mais aussi par sa parole personnelle et libre. Nous reconnaissons que l'Esprit Saint peut agir dans l'Église par l'intermédiaire de n'importe lequel de ses membres.

Malgré tout, bien que des révélations privées aient effectivement eu lieu dans l'histoire de l'Église, celles-ci ne doivent pas être perçues comme une source de nouvelles vérités doctrinales qui viendraient compléter la Révélation publique définitive de Dieu. La mort du dernier Apôtre a marqué la fin de l'acte de Révélation publique, donnant à l'événement christique sa suprématie absolue et son caractère normatif permanent : « Il n'y a plus à attendre de nouvelle révélation publique avant la manifestation glorieuse de Notre Seigneur Jésus Christ. » (4) C'est ce qui explique qu'il faille évaluer et juger l'authenticité de toute révélation privée ultérieure par rapport à la Révélation publique définitive de Dieu qui seule constitue la foi du Peuple de Dieu.

L'Église a toujours enseigné que les révélations privées ne font que fournir aux chrétiens des indications sur ce qu'il convient de faire dans un contexte historique donné. Les révélations privées ne divulguent aucune nouvelle doctrine ou vérité, comme l'Armée de Marie le prétend. Le Catéchisme de l'Église catholique précise d'ailleurs que : « Leur rôle n'est pas d'améliorer ou de compléter la Révélation définitive du Christ, mais d'aider à en vivre plus pleinement à une certaine époque de l'histoire ... La foi chrétienne ne peut pas accepter des 'révélations' qui prétendent dépasser ou corriger la Révélation dont le Christ est l'achèvement. » (5) Si, par hasard, une révélation privée a porté effectivement sur un point doctrinal, elle n'a jamais visé à ajouter au dépôt de la foi, mais plutôt à attirer tout spécialement l'attention sur des aspects déjà révélés mais peut-être négligés. Les supposées révélations privées sur lesquelles l'Armée de Marie fonde ses enseignements ne font pas qu'inviter les catholiques à suivre plus fidèlement l'Évangile; elles renferment des éléments fallacieux qui vont à l'encontre des textes sacrés et de la Tradition.

Le rôle de Marie dans l'histoire du salut

Comme son nom l'indique clairement, l'Armée de Marie axe l'essentiel de sa dévotion et de sa spiritualité sur la Vierge Marie. Pourtant, cette dévotion mariale dissimule de nombreux éléments qui sont tout à fait contraires à l'enseignement de l'Église, particulièrement en ce qui a trait à la place de Marie dans le plan salvifique de Dieu et son rôle unique et irremplaçable dans l'histoire du salut. Ces éléments, de même que d'autres points doctrinaux professés par l'Armée de Marie, déforment gravement les enseignements de l'Église.

Selon le dessein de Dieu, la Vierge Marie a effectivement occupé une place unique et privilégiée dans l'histoire du salut et dans la communion des saints. Marie joue un rôle décisif dans l'histoire du salut en acceptant, dans la foi, de recevoir en son sein le Fils de Dieu et le Sauveur du monde, Jésus Christ. Elle est devenue la mère du Verbe éternel, la mère de Dieu, lorsqu'elle a consenti à recevoir le Christ dans sa chair et dans son coeur. Selon le témoignage des Écritures, le consentement et la coopération de Marie se trouvent au coeur même de l'histoire du salut.

Pourtant, son fiat, son acte personnel d'acceptation, a été en soi une grâce rédemptrice et sanctifiante de Dieu. Marie n'a pas mérité cette grâce d'elle-même, indépendamment de la grâce rédemptrice de son Fils, Jésus Christ.(6) Cette grâce singulière, qui a amené Marie à accepter la volonté de Dieu, lui a été donnée par le pouvoir du Très-Haut, à titre de don préalable et de fruit de la rédemption du Christ. Il s'agissait donc d'une réponse à la fois d'inspiration divine et profondément humaine. À cause de cette grâce singulière et tout à fait exceptionnelle au plan historique, l'Église a toujours vu en Marie l'exemple suprême et tout à fait unique de la rédemption assurée et acceptée, tant pour elle-même que pour un monde qui avait besoin d'être sauvé. Marie est celle qui a été parfaitement sauvée, parce que « pleine de grâces ».

À ce titre, elle seule constitue un modèle et un exemple vivants pour l'Église et pour nous tous et toutes. On ne peut parler de l'Église sans parler de Marie. En raison de sa foi et de son obéissance à la Parole de Dieu, Marie a toujours été un modèle de l'Église. En Marie, l'Église affirme sa propre vocation. À ce propos, la Constitution dogmatique de Vatican II sur l'Église précise que : « Dans le mystère de l'Église, qui reçoit, elle aussi, avec raison, les noms de Mère et de Vierge, la bienheureuse Vierge Marie est venue la première, offrant d'une manière éminente et singulière le modèle de la Vierge et de la Mère. »(7)

En interprétant faussement les enseignements de l'Église catholique, l'Armée de Marie enlève à Marie son rôle unique et irremplaçable dans l'histoire du salut; la supposée 'réincarnation' prônée par l'Armée de Marie rend également superflue l'intercession continue de Marie au ciel. Marie, telle qu'elle est présentée dans les Évangiles et dans la tradition catholique, est au ciel et non pas sur la terre. L'Église catholique enseigne que la vie de Marie est unique et historique et qu'en tant que telle, elle ne peut être répétée, reproduite ou autrement 'réincarnée'. Une fois sa vie sur terre achevée, Marie est montée au ciel, corps et âme. C'est de là, aux côtés du Christ ressuscité et non plus ici sur terre, qu'elle continue, même aujourd'hui, d'être notre Avocate, notre Auxiliatrice, notre Aide et notre Médiatrice : « Après son Assomption au ciel, son rôle dans le salut ne s'interrompt pas : par son intercession répétée, elle continue à nous obtenir les dons qui assurent notre salut éternel. »(8)

La supposée révélation privée sur laquelle l'Armée de Marie fonde sa seule prétention à la légitimité introduit effectivement des doctrines nouvelles et erronées au sujet de la Vierge Marie et de son rôle dans l'histoire du salut. Elle va au-delà de la Révélation définitive du Christ et y ajoute grandement. L'Armée de Marie veut faire croire à ses membres, par exemple, que leur 'Immaculée' est co-éternelle avec la Trinité divine et que, bien qu'elle fût la mère historique de Jésus, elle est maintenant 'réincarnée' et habite dans la personne même de la dépositaire de ces révélations privées.(9) C'est à cause de tels efforts fallacieux en vue d'ajouter à l'essence même de la foi que la reconnaissance d'association catholique a été retirée à l'Armée de Marie.

Le rôle de l'autorité ecclésiale

Les évêques catholiques du Canada regrettent en outre la façon dont les dirigeants de l'Armée de Marie continuent de défier l'autorité ecclésiastique et de refuser de se plier aux monitions et injonctions pastorales légitimes de l'Archevêque de Québec. Pareille attitude ne peut que porter atteinte à l'enseignement propre et au rôle d'unification de l'autorité de la mission et de la responsabilité épiscopales, et conséquemment à la communion ecclésiale.

Dans son fondement même, la communion ecclésiale est maintenue par l'unité des croyants dans la foi apostolique et par la célébration et la profession de cette foi dans l'Eucharistie, sacrement de l'unité de l'Église. Il n'est pas possible de prétendre à une foi légitime et à une authentique célébration des sacrements sans être en communion avec l'évêque du lieu. Celui-ci n'est pas seulement le témoin et l'interprète authentique de la foi présente dans « l'Église qui lui est confiée en qualité de vicaire et de délégué du Christ »;(10) il est aussi un témoin pour sa communauté, en ce sens qu'il se trouve en profonde communion de foi avec ses collègues évêques. Il incombe à l'évêque de voir tant au culte public qu'à l'enseignement de la foi dans son diocèse. Il lui appartient de promouvoir et de sauvegarder la doctrine sur les plans de la foi et de la morale dans tout son diocèse. Son rôle consiste à faire en sorte que les enseignements concordent parfaitement avec les préceptes de l'Église, qu'ils soient acceptables du point de vue théologique, moralement véridiques et exempts de toute erreur doctrinale. Ce faisant, l'évêque protège le droit du Peuple de Dieu de recevoir le message évangélique dans toute sa pureté et dans toute son intégrité.

Tel que mentionné précédemment, l'Église a toujours reconnu que des mystiques ou des expériences mystiques puissent se manifester dans la communauté des fidèles. De fait, on peut même dire que chaque disciple du Christ revêt un caractère mystique en raison de sa vocation baptismale et de son association à la vie du Christ. Toutefois, l'Église catholique est aussi consciente de l'insuffisance des mots humains ­ d'ordre théologique ou mystique ­ pour rendre et exprimer totalement « la largeur, la longueur, la hauteur et la profondeur de l'amour du Christ qui surpasse toute connaissance » (Ep 3, 18). Il en résulte que les théologiens et les mystiques doivent se soumettre, en toute humilité, aux limites des mots humains pour exprimer et communiquer le mystère ineffable de se savoir aimé par un Dieu dont l'amour est infini. À cause de cette insuffisance du langage humain et des dangers qui en découlent dans l'expression véritable de la foi, les évêques sont chargés, par institution divine, de veiller à ce que, dans leur diocèse, la Révélation définitive en Jésus-Christ soit transmise avec fidélité et sans déformation.

Au lieu de se soumettre humblement à cette réalité, l'Armée de Marie a défié publiquement l'autorité épiscopale; en cela, elle ne s'est d'ailleurs pas limitée à l'Église locale. Avant que soit prise la décision de révoquer le statut canonique de l'Armée de Marie, la Congrégation pour la Doctrine de la foi avait déjà examiné les longs écrits concernant les supposées révélations privées et elle avait établi que, dans de nombreux cas, celles-ci étaient contraires à l'enseignement de l'Église catholique. Contestant la légalité canonique du décret de révocation signé par le Cardinal Vachon, l'Armée de Marie a exercé un recours administratif, en portant sa cause en appel devant le Tribunal suprême de la Signature apostolique, à Rome, la plus haute instance à laquelle il soit possible de s'adresser en pareils cas. Après un examen approfondi et de longues procédures, le Tribunal suprême a rendu une décision définitive par décret, le 20 avril 1991,(11) confirmant ainsi la substance du décret de l'Archevêque de Québec et la procédure mise en place. Il en résultait que les catholiques devaient s'abstenir d'appartenir à ce groupe particulier. Malheureusement, nombreux sont ceux qui continuent d'y adhérer, au mépris de l'autorité ecclésiastique. Aux yeux des fidèles catholiques, une telle attitude ne peut que miner les enseignements et le rôle unificateur de l'autorité épiscopale.

Conclusion

Il semble évident qu'un groupe ne peut plus se dire véritablement catholique si ses dirigeants enseignent une doctrine qui est contraire à celle de l'Église catholique, notamment sur des points aussi fondamentaux que ceux dont il est fait mention ci-dessus. Les évêques du Canada invitent donc les pasteurs et les fidèles à faire preuve d'un grand discernement spirituel et à garder intacte leur foi catholique. Nous exhortons tous les catholiques à prendre conscience des erreurs doctrinales qui sont propres aux enseignements de l'Armée de Marie, à se rendre compte du tort et de la division qu'engendrent ses chefs dans l'Église catholique au Canada et ailleurs dans le monde, et à préserver la pureté de la foi catholique. Avec charité pastorale, nous rappelons à tous les catholiques canadiens que leur vie de foi et leur spiritualité chrétienne doivent s'appuyer sur la Parole de Dieu révélée et sur l'enseignement de l'Église catholique.
 
 

Conférence des évêques catholiques du Canada
Solennité des Ss. Pierre et Paul, apôtres
Le 29 juin 2001
 

La Note doctrinale des évêques catholiques du Canada sur l'Armée de Marie a reçu la recognitio de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, le 10 août 2001 (Prot. No 216/74-13501), et a été rendue publique subséquemment par la Conférence des évêques catholiques du Canada, le 15 août 2001, fête de l'Assomption de la Vierge Marie.
 
 

Notes de fin de document

1. Voir Pastorale-Québec, vol. 99, no 10, le 22 juin 1987, p. 245.

2. Voir Pastorale-Québec, vol. 112, no 6, le 15 mai 2000, p. 10-15.

3. Voir Le Code de droit canonique, can. 1226.

4. Dei Verbum, 4. Voir 1 Tim 6, 14; Titus 2, 13.

5. Catéchisme de l'Église catholique, no 67.

6. Lumen gentium, nos 60, 62.

7. Lumen gentium, no 63

8. Lumen gentium, no 62

9. Pour lire un résumé du credo de l'Armée de Marie, voir Le Royaume, no 143, le 1er juillet 2000, p. 8.

10. Lumen gentium, no 27.

11. Pour lire une traduction française de ce décret officiel rédigé en latin, voir Studia Canonica, vol. 25, no 2, 1991, p. 409-415.



Copyright 2001
Canadian Conference of Catholic Bishops
Used with Permission.

Provided Courtesy of:
Eternal Word Television Network
5817 Old Leeds Road
Irondale, AL 35210
www.ewtn.com


HOME-EWTNews-FAITH-TELEVISION-RADIO-LIBRARY-GALLERY-CATALOGUE-GENERAL
ESPAÑOL